S'abonner au Flux RSS

Mot-clé - geoserver

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, décembre 15 2011

Déployer Geoserver 2.1.2 avec Tomcat7 sur Debian Squeeze

Le but de ce mini tutoriel est de mettre en oeuvre la dernière version stable de GeoServer sur une Debian/Squeeze avec Tomcat7. C'est aussi une façon pour moi de conserver la méthode, car n'étant pas de culture javaiste c'est toujours difficile de se replonger dans la logique Tomcat et ses multiples emplacements de fichiers de conf.

Tomcat7 n'étant pas disponible dans Squeeze (il l'est dans wheezy) nous allons utiliser un backport disponible sur mon dépôt non-officiel, voir ce billet pour la mise en oeuvre du dépôt. Une fois le dépôt configuré et apt-get udpate effectué comme il se doit on va installer les 2 paquets suivants ; tomcat7 pour la base et tomcat7-admin pour disposer de la webapp manager bien pratique.

apt-get install tomcat7 tomcat7-admin

Après l'installation des paquets le serveur se lance automatiquement et vous devez obtenir le classique It works ! à l'adresse http://127.0.0.1:8080/

Pour le déploiement de GeoServer nous allons utiliser le manager interne de Tomcat, il est nécessaire pour cela de définir un utilisateur avec les bonnes permissions en éditant le fichier /etc/tomcat7/tomcat-users.xml. Nous allons y ajouter un utilisateur foobar avec le mot de passe barfoo, cela va consister à ajouter les 2 lignes suivantes :

<role rolename="manager-gui"/>
<user username="foobar" password="barfoo" roles="manager-gui"/>

Le fichier contient des exemples qui aident à suivre la bonne syntaxe, ce qui est important ici est le rôle manager-gui.

La configuration par défaut de tomcat limite la taille des fichiers web archive à 50Mo, hors la taille du .war de geoserver dépasse cette limite, il faut par conséquent l'augmenter. Il faut pour cela éditer le fichier /usr/share/tomcat7-admin/manager/WEB-INF/web.xml. Recherchez les balise <max-file-size> et <max-request-size>, puis remplacez leur valeur par 78643200 soit 75MB de limite au lieu des 50MB par défaut.

La dernière version de GeoServer stable est la 2.1.2 qui est disponible en ligne à l'adresse http://geoserver.org/display/GEOS/Stable, il convient de télécharger la version Web archive. Vous obtiendrez un fichier geoserver-2.1.2-war.zip qu'il conviendra de décompresser.

Maintenant que nous avons installé et configuré Tomcat, téléchargé le .war de GeoServerger, nous pouvons ouvrir le manager à l'adresse http://127.0.0.1:8080/manager/html et y rechercher le formulaire Déployer comme le montre l'image suivante.

tomcat-war.png

Indiquez l'emplacement du fichier .war dans le champs nommé Choisir le fichier WAR à téléverser et cliquez sur Déployer, si tout se passe bien ça y est GeoServer est installé.

Il reste à tester l'url http://127.0.0.1:8080/geoserver/web/ et hop Geoserver 2.1.2 sous Tomcat7.

De base GeoServer contient un ensemble de données de test, regardez le lien à gauche Prévisualisation de la couche et appréciez la richesse de l'outil.

Pour se connecter en tant qu'admin sur GeoServer utilisez les login/pass par défaut admin/geoserver, ceux-ci sont définis dans le fichier /var/lib/tomcat7/webapps/geoserver/data/security/users.properties.

Il est à noter que cette méthode bien que valable dans le principe pour Tomcat6 certain emplacement de fichiers sont différents dans la pratique.

vendredi, décembre 9 2011

Registre parcellaire graphique en OpenData et BadData

Nombreux sont ceux qui comme moi se sont réjouit de l'ouverture de la Plateforme française d'ouverture des données publiques ce lundi avec ces 352.000 jeux de données. Sa naissance a même été saluée par data publica qui en a fait un inventaire exhaustif, il reste maintenant à faire une analyse qualitative de ceux-ci.

J'ai pour ma part essayé le jeu de données du registre parcellaire graphique qui recense plus de 6 millions de parcelles déclarées par les exploitants agricoles avec la culture majoritaire de l'année à l'échelle de la France. On trouve sur data.gouv.fr les données pour l'année 2010 au format shapefile directement exploitable par les outils SIG. L'utilisation de ce format est a saluer car il facilite de fait la réutilisation des données et surtout leur visualisation sans pré-traitement.

Jusque là tout va bien, le hic c'est que les shapefiles contiennent des erreurs, chaque parcelle (îlot) est représentée par un polygone regoupés dans des shapefiles par département, mais une fois ces shapefiles intégrés à une base postgis les outils de rendus (geoserver utilisé ici) ne peuvent effectuer leur travail à cause de géométries invalides (Ring Self-intersection, Points of LinearRing do not form a closed linestring, ...), ce qui rend les données un peu moins attractives de prime abord.

Après une analyse détaillées des 92 fichiers représentant les données de l'hexagone on note une moyenne de 0.26% de géométries invalides par fichier avec un maximum de 0.94% sur le département de la Mayenne, pour au total 0.29% d'erreur. Ces chiffres paraissent ridiculement petit mais lors du rendu par tuilage un polygone défectueux en plein milieu rend la tuile vide, à l'échelle de la France on obtient rien sur la carte. Après suppression des erreurs de la base on arrive tout de même à faire un rendu comme celui-ci, sympa toutes ces couleurs ;-) Maintenant vous savez ce qu'il y a eu dans le champs à coté de chez vous si vous avez la chance d'habiter à la campagne.

Le fichier de statistiques complet est attaché au billet

NB : le RPG est disponible sur le geoportail pour les années 2007 à 2009, pour pas aussi sur data.gouv.fr, on pourrait mesurer ainsi la perte de surface agricole année par année.

mercredi, juin 22 2011

Nouvelles cartes des éoliennes

En avril 2010 j'ai réalisé une première carte des éoliennes en france, cette carte utilise un fichier de données GML comme source de données. Afin de pouvoir réaliser une carte mondiale des éoliennes en particulier et des sources d'énergie en général j'ai mis en place une instance GeoServer avec une base de données Postgis comme source.

Ceci m'a permis de réaliser cette nouvelle carte de couverture mondiale qui recense aujourd'hui 40 781 éoliennes au plan mondial.

Cette carte sera mise à jour une fois par semaine dans un premier temps puis quotidiennement si la puissance machine le permet.